Archives pour la catégorie Lo mot de la setmana

Quelques mots occitans bordelais

quaques

Le recueil des Quauques mòts occitans basics est une réinterprétation de l’ouvrage de Jaume Taupiac Tres-cents mots occitans basics (Vilanuèva d’Òlt, 1974), adapté (avec son autorisation) en occitan bordelais. Le principe est celui d’un lexique, dans lequel chaque entrée n’est plus associée à une traduction, mais à une phrase en occitan dans laquelle le mot de l’entrée est employé. Ainsi, la définition doit être trouvée par celui qui cherche sur la base d’une mise en situation du mot dans une vraie phrase, ce qui demande peut-être un effort supplémentaire, mais s’avère beaucoup plus pédagogique qu’un lexique ordinaire.

Fait par David Escarpit, administrateur de l’Ostau Occitan – IEO 33, enseignant d’occitan à l’IEO Aquitània, en quatrième année de doctorat de Littérature Comparée et Occitan à l’université Bordeaux-Montaigne, sous contrat avec la région Aquitaine et l’université.

Lo mot de la setmana : allumer/éteindre

pndics

Allumer se traduit principalement par alucar. Le mot est fort répandu et donne lieu à de nombreuses déclinaisons : l’allumage c’est l’alucatge, l’allumette l’aluquet, l’allume-feu l’alucahuec, … À noter que l’allumeur/l’allumeuse c’est l’escautacòr quand il s’agit de sentiments, soit littéralement l’ « échaude-cœur ». À l’inverse on a le verbe éteindre soit estupar. Ainsi éteignez la lumière se traduit par estupatz la lutz ou estupatz l’electricitat. Mais pour un feu ou une chandelle on préfèrera employer le verbe morir, voire tuar : morir lo huec, tuar lo huec. Éteins la chandelle se dit moreish la candela.

Sources : Per Noste, Lo Congrés

 

Lo mot de la setmana : le poivre

pndics

Le poivre c’est lo péber en occitan gascon, là où les autres variantes et le catalan préfèrent lo/el pebre. La traduction des expressions vient naturellement, sel et poivre donnent sau e péber (sal e pebre dans les autres variétés avec la conversion classique du « l » en « u »),  le poivre concassé lo péber concassat, le poivrier c’est lo peberèr (tant l’ustensile que l’arbre exotique). Pour l’adjectif poivré, on trouve principalement peberat, dérivé du verbe peberar. Enfin le poivron c’est fort logiquement lo peberòt, donc pas quoi y mettre son « gran de péber » !

 

Source : Per Noste, Lo Congrés