Archives pour la catégorie Revista de premsa

Journée internationale des droits de l’enfant le 20 novembre 2016

20noveme_1

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Le 27/10/ 2016

LE 20 NOVEMBRE : JOURNÉE DES DROITS DE L’ENFANT
CALANDRETA DÉNONCE LE REFUS DU DROIT À LA DIVERSITÉ LINGUISTIQUE POUR LES
ENFANTS DE FRANCE.
FRANCE : PAYS DES DROITS DE L’ENFANT, SAUF UN !

Le 20 novembre prochain se déroulera la Journée Internationale des Droits de l’Enfant. Calandreta veut rappeler que, sur ce sujet, la France est dans une situation particulière : c’est le pays des droits de l’enfant moins un :
Les enfants de France n’ont pas le droit à la diversité linguistique et culturelle même si elle est « autochtone ».
La France a refusé de ratifier l’article 30 de la Convention ; article qui dit « Dans les États où il existe des minorités ethniques, religieuses ou linguistiques ou des personnes d’origine autochtone, un enfant autochtone ou appartenant à une de ces minorités ne peut être privé du droit d’avoir sa propre vie culturelle, de professer et de pratiquer sa propre religion ou d’employer sa propre langue en commun avec les autres membres de son groupe ».
Le texte de la Convention est largement affiché dans les écoles mais il n’est jamais stipulé que notre République a refusé l’article 30 et le droit à la diversité linguistique, même si elle est historique et antérieure au français.
Le refus de l’article 30 de la Convention des Droits de l’Enfant est une démonstration, un révélateur de la politique constante de la France envers la diversité des ses langues et cultures : refus du droit, dénégation internationale et publicité d’État mensongère pour cacher l’étouffement .
Calandreta demande la fin du refus de l’article 30 de la Convention pour donner aux enfants de notre pays le droit de vivre leur langue et leur culture. Calandreta demande aux écoles et aux fédérations de mener des délégations auprès des représentants locaux du Défenseur des droits et de se mobiliser pour faire connaître cette situation inique où se trouvent les enfants de France par rapport à la diversité linguistique et culturelle.

Contact Premsa :
Confederacion Calandreta
Mirelha Blanquer o Carina Kajak

Tél. 04 67 06 81 16 / 06 88 59 69 04

20noveme_2

COMUNICAT DE PREMSA
Lo 27/10/ 2016

LO 20 DE NOVEMBRE : JORNADA DELS DRECHS DE L’ENFANT
CALANDRETA DENÓNCIA LO REFÚS DEL DRECH A LA DIVERSITAT LINGÜISTICA PER LOS
ENFANTS DE FRANÇA
FRANÇA : PAÏS DELS DRECHS DE L’ENFANT, MANCA UN !

Lo 20 de novembre venent se debanarà la jornada Internacionala dels Dreches de l’Enfant. Calandreta vòl rementar que sus aqueste sicut França es dins una situacion particulara puòi qu’es lo país dels dreches de l’enfant mens un :
Los enfants de França an pas lo drech a la diversitat lingüistica e culturala emai s’es
« autoctòna ».
França refusèt de ratificar l’article 30 de la Convencion ; article que ditz « Dins los Estats ont existisson de minoritats etnicas, religiosas o lingüisticas o de personas d’origina autoctòna, un dròlle autoctòn o qu’aparten a una d’aquestas minoritats, pòt pas èsser privat del drech d’aver sa vida culturala pròpria, de professar e de practicar sa quita religion o d’emplenar sa lenga pròpria en comun amb los autres membres de son grop ».
Lo tèxt de la Convencion es largament plancardat dins las escòlas mas es jamai marcat que nòstra Republica refusèt l’article 30 e lo drech a la diversitat lingüistica, emai s’es istorica e anteriora al francès. Lo refús de l’article 30 de la Convencion dels Dreches de l’Enfant es una mòstra, un revelador de la politica constanta de França cap a la diversitat de sas lengas e culturas : refús del drech, denegacion internacionala e publicitat d’Estat messorguièra per amagar l’estofament. Calandreta demanda la fin del refús del article 30 de la Convencion per donar als dròlles de nòstre païs lo drech de viure lor lenga e lor  cultura.
Calandreta demanda a las escòlas e federacions de far de delegacions alprèp dels representants locals del Defensor dels dreches e de se mobilizar per far conéisser aquela situacion inica ont se trapan los enfants de França respècte a la diversitat lingüistica e  culturala.

Contact Premsa :
Confederacion Calandreta
Mirelha Blanquer o Carina Kajak

Tél. 04 67 06 81 16 / 06 88 59 69 04

Sud-Ouest lo 26 de heurèr de 2016

26022015

© Photo W. D.

 

http://www.sudouest.fr/2016/02/26/la-langue-se-delie-a-cazalet-2284321-3229.php

La langue se délie à Cazalet

Jeux, maquillage, échasses, bal pour les enfants, pour les grands, chasse aux trésors, contes bilingues français-occitan, chants occitans avec L’Estaca et Luna d’aiga, tombola… De 15 heures à minuit, samedi, les Occitans invitent tous ceux qui ont envie de faire la fête à les rejoindre à Cazalet. Toutes les animations pour les enfants sont gratuites. Seul le bal du soir et la restauration pour ceux qui le souhaitent sont payants. Les prix sont modiques. Ils ont pourtant une importance cruciale pour la calandreta de la Dauna qui organise cette fête annuelle : « C’est une importante source de financement pour l’école », reconnaît Vincent Delos, parent d’élèves. Un élément essentiel pour assurer la gratuité de la scolarité dans cette école occitane, sous contrat avec l’Éducation nationale (qui finance deux postes d’enseignants). Limitée par ses locaux préfabriqués mis à sa disposition par la ville de Pessac, elle accueille 42 enfants de 2 ans (toute petite section de maternelle) à 10 ans (CM2), après avoir refusé… 25 inscriptions.

Bienfaits du bilinguisme

« La plupart des familles ont un lien avec l’occitan. On y apprend la langue en immersion », poursuit Vincent Delos. « Mais certains parents voient aussi l’intérêt de la pédagogie active basée sur la méthode Freinet. L’enfant, moins soumis à la hiérarchie du maître, est plus autonome. »

Olivier Sirgue, autre parent d’élève, mais qui donne également des cours d’occitan pour adultes à l’IEO, Institut d’estudis occitans, et se produira samedi en tant que musicien, souligne l’attrait du bilinguisme précoce, avant 10-11 ans : « Des études ont montré que non seulement, il donnait des facilités pour apprendre d’autres langues par la suite, mais qu’il développait aussi la créativité, l’abstraction, la flexibilité mentale, la mémoire. Les élèves seraient même meilleurs en maths et dans l’approche artistique. Entre autres… »

La fête sera l’occasion de présenter cette école (située avenue de Genève), au caractère familial, avec son petit effectif et son encadrement de sept adultes dont trois enseignantes (deux postes et demi en équivalent temps plein). L’association avait un projet de déménagement sur un terrain que la précédente municipalité avait retenu au Pontet. Il aurait permis de réunir l’école avec une capacité accrue à 99 élèves et l’IEO : « On avait fait travailler un architecte et commencé à lancer une souscription. Ce projet est abandonné et la municipalité envisage d’utiliser le terrain pour autre chose », indique Vincent Delos.

Tournée générale ?

L’an dernier, la fête s’était déroulée à Bellegrave, à l’abri des aléas de la météo. « On avait accueilli entre 200 et 300 personnes », se souvient Olivier Sirgue. « L’espace est plus restreint à l’Orangerie de Cazalet. En revanche, on pourra utiliser le parc… à condition qu’il ne pleuve pas. »

C’est un spécialiste landais qui fera les initiations aux échasses. Françoise Méric, institutrice à la retraite, dira des contes en occitan et en français. La chorale Luna d’aiga donnera de la voix. Son nom, « Lune d’eau », fait référence à la Garonne qui prend une forme de croissant de Lune à Bordeaux. Le soir, deux groupes seront à l’œuvre : Lo lop e la lebre (le loup et le lièvre), duo de violonistes et de cornemuses de Gascogne ; Ginginha gratis, qui fait dans le trad rock, et où Olivier Sirgue chante et joue du violon. Il est donc bien placé pour expliquer ce nom bizarre : « On participait à un festival de musique traditionnelle au Portugal. Pour se distinguer, on a décidé de faire une distribution gratuite (« gratis ») de Ginginha, un alcool portugais dont l’orthographe est proche de l’occitan, puisqu’il y a des racines communes. On en a fait un nom »… que Vincent Delos traduit malicieusement et avec gourmandise par « tournée générale » !

Le groupe compte également basse, accordéon, flûte, guitare électrique… Car les Occitans mêlent tradition et modernité. Ils ne s’éclairent pas à la bougie, comme en témoigne leur tombola où l’on pourra gagner notamment, une console de jeu.

WILLY DALLAY

 

Conférence Calandreta : “une pédagogie active au service de l’immersion linguistique” à Sciences Po Bordeaux

conf_cal
L’association «Langues de France» vous invite à sa première conférence !

Rencontre avec Christelle Segato, co-présidente de la
Fédération Départementale des Calandretas de la Gironde.
Mardi 9 fevrier à 17h
Salle Merle, Sciences Po Bordeaux, 11 Allée Ausone, 33600 Pessac
Nées en 1979 à Pau, les calandretas sont des écoles en langue occitane, laïques, gratuites, associatives, et ouvertes à tous (qu’importe la langue maternelle). Aujourd’hui elles regroupent 3614 enfants et 213 professeurs dans 62 écoles et 3 collèges. Chiffres qui ne cessent d’augmenter : une nouvelle école est prévue à Nansouty, et l’année dernière la calandreta de Pessac a dû refuser 25 inscriptions !
Utilisant une « pédagogie active » inspirée de la méthodologie Freinet, les Calandretas permettent : « qu’en plus de l’acquisition d’une deuxième langue, et les avantages pratiques que cela confère, une éducation bilingue débouchant sur une véritable ouverture pluriculturelle […] tout le contraire du repli et de l’enfermement. Le bilinguisme ouvre aussi des perspectives de plurilinguisme. L’enfant qui acquiert une deuxième langue améliore sa première langue et peut facilement en acquérir d’autres. »
Avec la présence d’Olivier Sirgue, directeur de l’Institut d’Études Occitanes d’Aquitaine et président de Luna d’Aiga.
A bientôt !

cal2

cal1

La présentation du 09/02/2016 à Sciences Po Bordeaux