Archives pour la catégorie Revista de premsa

Conférence Calandreta : « une pédagogie active au service de l’immersion linguistique » à Sciences Po Bordeaux

conf_cal
L’association «Langues de France» vous invite à sa première conférence !
 
Rencontre avec Christelle Segato, co-présidente de la
Fédération Départementale des Calandretas de la Gironde.
Mardi 9 fevrier à 17h
Salle Merle, Sciences Po Bordeaux, 11 Allée Ausone, 33600 Pessac
 
Nées en 1979 à Pau, les calandretas sont des écoles en langue occitane, laïques, gratuites, associatives, et ouvertes à tous (qu’importe la langue maternelle). Aujourd’hui elles regroupent 3614 enfants et 213 professeurs dans 62 écoles et 3 collèges. Chiffres qui ne cessent d’augmenter : une nouvelle école est prévue à Nansouty, et l’année dernière la calandreta de Pessac a dû refuser 25 inscriptions !
 
Utilisant une « pédagogie active » inspirée de la méthodologie Freinet, les Calandretas permettent : « qu’en plus de l’acquisition d’une deuxième langue, et les avantages pratiques que cela confère, une éducation bilingue débouchant sur une véritable ouverture pluriculturelle […] tout le contraire du repli et de l’enfermement. Le bilinguisme ouvre aussi des perspectives de plurilinguisme. L’enfant qui acquiert une deuxième langue améliore sa première langue et peut facilement en acquérir d’autres. »
 
Avec la présence d’Olivier Sirgue, directeur de l’Institut d’Études Occitanes d’Aquitaine et président de Luna d’Aiga.
 
A bientôt !
 

cal2

cal1

La présentation du 09/02/2016 à Sciences Po Bordeaux

Images IRM et bilinguisme précoce

dalgalian

Le professeur Gilbert Dalgalian est psycho-linguiste spécialisé dans les apprentissages précoces de langues, il a été aussi expert UNESCO en technologies éducatives.

« Grâce aux images IRM du cerveau on peut expliquer les facilités des enfants bilingues en langues et calcul : on constate en effet que l’aire de Broca est plus développée chez eux que chez l’enfant monolingue. L’aire de Broca, qui est située dans la zone préfrontale gauche s’occupe de tout ce qui est automatique en langue et de tout ce qui est formel, l’ordre des mots et les conjugaisons. Tout ça acquis quand on est petit a été automatisé et les automatismes sont stockés et gérés dans l’aire de Broca qui nous permet l’accès à la complexité et l’abstraction sans nous embarrasser l’esprit de la mise en forme qui y est faite automatiquement. On voit que la zone de Broca chez un enfant bilingue est plus grosse et intégrée et gère les deux langues donc il est plus performant que le monolingue qui lui a une zone plus petite, ou même chez le bilingue tardif qui a deux Broca mais qui sont construits séparément et donc il est tributaire d’un allez-retour volontaire et conscient. Chez le bilingue précoce on peut passer librement d’une langue à l’autre en reformulant librement son vécu. »