Sud-Ouest lo 26 de heurèr de 2016

26022015

© Photo W. D.

 

http://www.sudouest.fr/2016/02/26/la-langue-se-delie-a-cazalet-2284321-3229.php

La langue se délie à Cazalet

Jeux, maquillage, échasses, bal pour les enfants, pour les grands, chasse aux trésors, contes bilingues français-occitan, chants occitans avec L’Estaca et Luna d’aiga, tombola… De 15 heures à minuit, samedi, les Occitans invitent tous ceux qui ont envie de faire la fête à les rejoindre à Cazalet. Toutes les animations pour les enfants sont gratuites. Seul le bal du soir et la restauration pour ceux qui le souhaitent sont payants. Les prix sont modiques. Ils ont pourtant une importance cruciale pour la calandreta de la Dauna qui organise cette fête annuelle : « C’est une importante source de financement pour l’école », reconnaît Vincent Delos, parent d’élèves. Un élément essentiel pour assurer la gratuité de la scolarité dans cette école occitane, sous contrat avec l’Éducation nationale (qui finance deux postes d’enseignants). Limitée par ses locaux préfabriqués mis à sa disposition par la ville de Pessac, elle accueille 42 enfants de 2 ans (toute petite section de maternelle) à 10 ans (CM2), après avoir refusé… 25 inscriptions.

Bienfaits du bilinguisme

« La plupart des familles ont un lien avec l’occitan. On y apprend la langue en immersion », poursuit Vincent Delos. « Mais certains parents voient aussi l’intérêt de la pédagogie active basée sur la méthode Freinet. L’enfant, moins soumis à la hiérarchie du maître, est plus autonome. »

Olivier Sirgue, autre parent d’élève, mais qui donne également des cours d’occitan pour adultes à l’IEO, Institut d’estudis occitans, et se produira samedi en tant que musicien, souligne l’attrait du bilinguisme précoce, avant 10-11 ans : « Des études ont montré que non seulement, il donnait des facilités pour apprendre d’autres langues par la suite, mais qu’il développait aussi la créativité, l’abstraction, la flexibilité mentale, la mémoire. Les élèves seraient même meilleurs en maths et dans l’approche artistique. Entre autres… »

La fête sera l’occasion de présenter cette école (située avenue de Genève), au caractère familial, avec son petit effectif et son encadrement de sept adultes dont trois enseignantes (deux postes et demi en équivalent temps plein). L’association avait un projet de déménagement sur un terrain que la précédente municipalité avait retenu au Pontet. Il aurait permis de réunir l’école avec une capacité accrue à 99 élèves et l’IEO : « On avait fait travailler un architecte et commencé à lancer une souscription. Ce projet est abandonné et la municipalité envisage d’utiliser le terrain pour autre chose », indique Vincent Delos.

Tournée générale ?

L’an dernier, la fête s’était déroulée à Bellegrave, à l’abri des aléas de la météo. « On avait accueilli entre 200 et 300 personnes », se souvient Olivier Sirgue. « L’espace est plus restreint à l’Orangerie de Cazalet. En revanche, on pourra utiliser le parc… à condition qu’il ne pleuve pas. »

C’est un spécialiste landais qui fera les initiations aux échasses. Françoise Méric, institutrice à la retraite, dira des contes en occitan et en français. La chorale Luna d’aiga donnera de la voix. Son nom, « Lune d’eau », fait référence à la Garonne qui prend une forme de croissant de Lune à Bordeaux. Le soir, deux groupes seront à l’œuvre : Lo lop e la lebre (le loup et le lièvre), duo de violonistes et de cornemuses de Gascogne ; Ginginha gratis, qui fait dans le trad rock, et où Olivier Sirgue chante et joue du violon. Il est donc bien placé pour expliquer ce nom bizarre : « On participait à un festival de musique traditionnelle au Portugal. Pour se distinguer, on a décidé de faire une distribution gratuite (« gratis ») de Ginginha, un alcool portugais dont l’orthographe est proche de l’occitan, puisqu’il y a des racines communes. On en a fait un nom »… que Vincent Delos traduit malicieusement et avec gourmandise par « tournée générale » !

Le groupe compte également basse, accordéon, flûte, guitare électrique… Car les Occitans mêlent tradition et modernité. Ils ne s’éclairent pas à la bougie, comme en témoigne leur tombola où l’on pourra gagner notamment, une console de jeu.

WILLY DALLAY